Cochin qui essaime au bord de l'eau, que l'on peut découvrir en bateau-bus avec les locaux, ou en rickshaw après marchandage. Un spectacle de Kathakali, un repas délicieux, l'odeur de la mer et des épices .... des souvenirs.

Des rues anciennes et des boutiques ouvertes jusque tard dans la nuit. Des marchandages homériques pour les derniers cadeaux, quelques souvenirs en papier mâché, des paschminas colorés.

Nos rires quand on s'aperçoit que finalement toutes ces boutiques n'en font qu'une et que l'on croise toujours les deux mêmes frères "tu ne me reconnais pas ? " ou cousins ou que sais-je ... histoire de vérifier que l'aboutissement du marchandage soit toujours le même "tu n'as pas voulu le rose dans l'autre magasin". Tout peut se discuter dans un sourire.

Les pêcheurs font descendre des filets élégants qu'ils appellent "filets chinois" . Je me souviens que dans le nord de l'Italie les pêcheurs procédaient de même dans l'estuaire du Pô il y a quelques 40 ans. Vision élégante dans le soleil décroissant.

Les poissons sont exposés sur la rive, les terrasses à l'ombre essaient de faire oublier la moiteur du climat.

Dans les vitrines on trouve des patchwork rebrodés, des babioles à touristes, des sculptures.

Un hôtel de style espagnol blanc et jardin ombragé ou je pourrais bien passer quelques vacances.

 

IMG_1947IMG_1951IMG_1943IMG_1942IMG_8205IMG_1935IMG_1963IMG_1949IMG_8199IMG_1936IMG_1965IMG_8201IMG_8207IMG_8209IMG_8208IMG_8211IMG_8212IMG_8214IMG_8216IMG_8220IMG_8225

 

Merci de m'avoir suivie dans cette ballade

Douce nuit et .... soyez heureux